Le composteur vit au rythme de la nature et des saisons. En hiver, la température ambiante baisse et donc le vie à l'intérieur du composteur ralentit. Alors est-il possible de composter en hiver ? Quelles sont les précautions à prendre ? Explications.

 

 

Peut-on composter en hiver ?

feuille morte

La réponse est oui !

L'hiver est synonyme de soupes, potages et autres gratins. Même si la vie à l'intérieur du composteur ralentit, vous pouvez continuer à ajouter vos apports de matières quotidiens.

L'astuce en plus :

Juste avant l'hiver, il est possible de stocker les feuilles mortes tombées pendant l'automne afin de constituer une réserve de matière sèche. Introduites en petites couches tout au long de l'année, elles permettront de réguler le taux d'humidité du composteur.

 

Le blues hivernal du composteur

test poignée

 Les dangers du compost en hiver

En hiver, l'humidité ambiante propre à la saison impacte le contenu de composteur : la température intérieur baisse, mais elle reste constante et l'humidité augmente. L'activité des micro-organismes (champignons et invertébrés) ralentit provoquant une réduction de la décomposition organique. Cette baisse d'activités peut provoquer un tassement des apports, d'autant plus si l'alimentation du composteur en apports ne diminue pas.

La solution :

Un composteur avec des apports trop tassés est un composteur privé d'oxygène. Sans oxygène, le contenu du composteur devient trop humide, se décompose mal et risque d'entrainer des mauvaises odeurs. Pour apporter de l'oxygène au composteur, il convient  de remuer régulièrement son contenu afin de répartir correctement la matière. Si le compost reste trop humide, malgré un brassage régulier, il est toujours possible d'ajouter de la matière sèche pour compenser.

 

picto pailler

Broyer et pailler

En savoir plus

Picto jardiner naturel

Jardiner au naturel

En savoir plus


Vous avez une question ?