La valorisation des déchets ménagers

Chaque année, 22 000 tonnes de déchets ménagers issus de la collecte des bacs gris sont collectés sur le territoire du SMICTOM. Ces déchets ultimes ne sont pas recyclables. Ils sont déposés au Centre de Valorisation Énergétique des Déchets (CVED) à Vitré pour être valorisés en énergie. Explications.

 

 

Le site de traitement

 CVED Construit Route des Eaux en 1988, le Centre de Valorisation énergétique permet de traiter les déchets ménagers (bac gris) mais aussi les déchets des bennes « incinérables » des déchèteries et les déchets des entreprises. Au total 25 000 tonnes de déchets y sont traités tous les ans. 

Déposés et stockés dans une fosse, ils servent à alimenter un four d'incinération dont la température s'élève à 1 000°C. Les fumées sont dépolluées selon la règlementation en vigueur.

Une étude menée en 2013 par l'Institut National de l'Évaluation des Risque Sanitaires (INERIS) montre d'ailleurs que les risques sanitaires issues de ces fumées sont jusqu'à cent fois inférieurs aux valeurs préconisées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ils sont donc jugés non préoccupants.

 

 

La valorisation matière

 machefer En sortie de four, on extrait la ferraille des cendres (boite de conserve, canette...) à l'aide d'un aimant. Cette matière est recyclée en nouveau matériau. Cependant, il est préférable de faire le tri en amont et de mettre les emballages métalliques dans le sac ou le bac jaune.

Les  cendres d'incinération, appelées « mâchefer » sont envoyées dans des installations de stockage des déchets de classe2. Les résidus de traitement des fumées, appelés REFIOM, ne sont pas valorisés. Ils sont stockés dans un Centre Technique de Classe 1.

 

 

La valorisation énergétique

 four Grâce à une chaudière de récupération, la combustion des déchets permet de produire de la vapeur surchauffée.

Cette vapeur surchauffée va dégager deux types d'énergie :

  • de l'électricité : la vapeur passe dans une turbine pour créer de l'électricité permettant d'alimenter le site de traitement à hauteur de 35% de ses besoins annuels.
  • de l'énergie thermique : la vapeur va alimenter des industries voisines, desservies par des réseaux souterrains.

Il existe deux types de réseau : le « basse pression » et le « haute pression ».

Le réseau "basse pression" achemine de l'eau chaude, issue du refroidissement des fumées (105 °C), jusqu'aux sites de BCM Cosmétique, la piscine intecommunale, la cuisine centrale de Vitré et le siège du SMICTOM. Grâce à un système appelé « échangeur », l'eau de l'entreprise est chauffée à son tour, sans contact direct. Ce système se substitue au chauffe-eau et au chauffage.

Le réseau "haute pression", achemine de la vapeur sous pression à l'entreprise. Toujours à l'aide d'un échangeur, l'eau de l'entreprise se transforme à son tour en vapeur.  reseau Celle-ci est ensuite utilisée dans les process industriels et permet de se substituer à une chaudière. Kervalis l'utilise pour le fonctionnement de son process de déshydratation, Cooper Standard pour le chauffage de ses locaux et depuis 2012 la Société Laitière de Vitré l'utilise pour le fonctionnement de son process.

En 2015, environ 44 576 MWh de vapeur et 555 MWh d'électricité ont été produits par le CVED. 60% de la vapeur produite a été revendue.

Pour mieux comprendre, regardez le film explicatif en haut à droite de cette page.

E'Cogito explique aussi aux enfants comment fonctionne l'usine. Rendez-vous sur l'espace "junior", rubrique "vidéos".

 

 
 

tonnages

Les tonnages

Les chiffres 2016 de la collecte et du traitement
en savoir +


Vous avez une question ?