A- A+
smictom_logo
Retourner à la liste des actualités

Révertec : le réseau de chaleur innovant du SMICTOM

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Révertec : le réseau de chaleur innovant du SMICTOM

Publié le 22/01/2021

Le réseau de chaleur du SMICTOM a reçu le label « écoréseau 2020 » qui récompense le réseau vitréen pour ses performances sur 3 critères : environnemental, économique et social.

Un circuit labellisé "écoréseau 2020"

 

 

En 2015, la Loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte a fixé l’objectif ambitieux de porter à 32% la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’ici 2030, dont 38% pour la consommation finale de chaleur. C’est dans ce contexte que Jeudi 10 décembre 2020, l’association Amorce a décerné le label « ÉcoRéseau de chaleur 2020 » au réseau Révertec. Ce label récompense les réseaux de chaleur exemplaires du territoire. Le réseau Vitréen s’est démarqué par ses performances sur 3 critères (environnemental, économique et social) et se place ainsi parmi les meilleurs réseaux de chaleur en termes d’innovation et de valorisation d’une énergie locale et renouvelable.

Révertec : réseau d'énergie recyclée

 

Le SMICTOM SUD EST 35 a créé, en partenariat avec la société KERVALIS, ce nouveau réseau de Chaleur. Il revêt un caractère très novateur, tant sur son concept global que sur la régulation technique mise en œuvre. L’énergie distribuée par le réseau Révertec est composé de 86 % d’énergie renouvelable et de récupération (EnR&R). La conception, la réalisation et l’exploitation ont été confiées à la société Dalkia pour une durée de 5 ans.

punaise Les objectifs du réseau de chaleur

  • créer une synergie économique et environnementale avec le tissu industriel
  • valoriser une énergie locale et renouvelable
  • contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique
  • contribuer aux objectifs nationaux et locaux en termes de transition énergétique (loi économie circulaire)
  • participer à l’attractivité du territoire en proposant aux entreprises une énergie compétitive et durable

 

Écologie industrielle

Il s’agit d’une installation publique au service de l’écologie industrielle locale : l’énergie perdue par le process industriel de KERVALIS est récupérée et distribuée à 6 entreprises et établissements locaux, via un réseau de distribution public.
Ce projet n’a pas son pareil aujourd’hui en France. Il peut donc constituer une vitrine de ce qui peut être imaginé par les Collectivité pour développer l’écologie industrielle locale et les performances de leur Plan Climat Air Energie PCAET.

Un jeu de vase communicant

Afin d’optimiser le taux de récupération d’énergie, des ballons d’hydro stockage (200 m3 et 3 000 m3) ont été installés pour stocker l’énergie et la redistribuer à des moments clés, notamment lorsque KERVALIS ou le Centre de Valorisation Energétique des déchets sont à l’arrêt.

 

Des partenariats publics- privés intelligents

Des contrats adaptés et un pilotage concerté entre les acteurs publics et privés permettent de tenir compte des pics d’activités et problématiques de chacun, pour réduire collectivement la consommation Gaz.

Ce projet montre que les intérêts des entreprises privées et des collectivités sur le thème des énergies vertes ne sont pas antinomiques et que des projets développés main dans la main et en intelligence peuvent déboucher sur des bilans « gagnant-gagnant», ce malgré un tarif des énergies fossiles actuellement très concurrentiel.

Un concept innovant

 

Cette installation revêt un caractère très innovant, tant sur son concept global que sur la régulation technique mise en œuvre. Les 19 500 MWH d’énergie fournis sont issus de deux process industriels : 61% d’énergie fatale récupérée sur le process industriel de Kervalis et 25% par le Centre de Valorisation Énergétique des déchets ménagers de VITRÉ (CVED).

 

61 % issue de l’énergie provenant du process de KERVALIS

Kervalis valorise les co-produits de volaille en provenance des ateliers de découpe et des abattoirs du Grand ouest de la France. Après déshydratation, les matières collectées sont transformées en PAT (Protéines Animales Transformées) et en graisse et sont exportés dans le monde entier pour l’industrie du Petfood.

La phase de déshydratation retire 67% de la matière entrante (100 000 T/an) et la restitue sous forme de buées en sortie de cuiseur. Ces buées d’une température de 96°C environ passent ensuite par des aérocondenseurs avant d’être traitées dans un bio-filtre et une station d’épuration. Au moment des études, la société ne récupèrait qu’environ 8% du potentiel de récupération de chaleur sur ces buées pour le réchauffage des boues de sa station d’épuration en hiver.

Le projet de récupération d’énergie dite « fatale » issue du process de l’entreprise KERVALIS a été possible grâce à la mise en place d’un système qui permet de capter l’énergie (ou les calories) disponibles dans les buées produites lors du process de déshydratation de la matière (principe de la cocotte-minute). Soit 12 675 MWH au total.

 

25 % issue de l’incinération des déchets

Le CVED fournit 4 000 MWH, dont :

  • 1 700 MWh d’un récupérateur d’énergie fatale situé dans le système de refroidissement des fumées d’incinération,
  • 500 MWh récupérés sur les condensats issus de la vente de vapeur à un industriel voisin,
  • 1 800 MWh issus d’un appoint vapeur directe.

 

14% issue de l’énergie gaz

Une chaudière Gaz de secours vient sécuriser les pointes d’activités de certains clients en hiver (14% du mix énergétique annuel, soit 2 730 MWH).

6 clients reliés à l'énergie renouvelable de Révertec

TOMADA

Le réseau de chaleur subvient à 100% des besoins de chaleur des Serristes Tomada (production de tomates sous serres de 4 ha – 40 emplois), qui n’installe pas de moyen de production à énergie fossile. 15 000 MWh sont utilisés par an pour le chauffage des serres.

La piscine du Bocage

La piscine du Bocage de Vitré Communauté, depuis son extension, utilise l’énergie pour le chauffage des bassins et des locaux, ainsi que pour la production d’Eau Chaude Sanitaire, environ 2 450 MWh par an.

Cooper Standard

Historiquement raccordée sur le réseau vapeur du CVED, cette industrie automobile de 900 salariés utilise la chaleur pour le chauffage de ces locaux, environ 1 600 MWh/an. Avec le réseau Révertec, elle est désormais raccordée au réseau de chaleur eau chaude. La chaleur fournie est plus adaptée aux usages faits par l’entreprise

BCM Cosmétique

La chaleur est utilisée pour le chauffage des locaux et l’eau chaude sanitaire (800 emplois). L’entreprise a souhaité convertir environ 2 700 m² de locaux chauffé par des aérothermes au gaz naturel, à un système à eau chaude alimenté par le réseau de chaleur. L’entreprise consomme 1760 MHW.

 

La cuisine centrale

La Cuisine Centrale de la Ville de Vitré utilise la chaleur pour le chauffage des locaux et la production d’Eau Chaude Sanitaire, soit environ 115 MWh/an.

Le SMICTOM Sud-Est 35

Le siège du SMICTOM Sud-Est 35 utilise la chaleur du réseau pour le chauffage des locaux administratifs, environ 20 MWh/an.

Révertec : on en parle !

Diffusé dans l’émission TV Rennes Soir – le 22/01/2021